Amis de la nature France

Les fleurs du 1er mai : l’oeillet, l’églantine et le muguet

publié le 30 avril 2020

Chaque année, la tradition veut que l’on offre des petits brins de muguet à des proches. Mais savez-vous d’où vient cette coutume ? Et quel est son rapport avec la fête du Travail ?

Le muguet du 1er mai

Le 1er mai est une fête très ancienne. Chez les Celtes, Beltaine marquait la fin de la saison sombre et le début de la saison claire en opposition à Haloween. Célébrée à l’origine lors de la nuit de la première pleine lune de mai, on la fête aujourd’hui, en Irlande et en Ecosse dans la nuit du 30 avril au 1er mai.(Sce Encyclopaedia Britannica.

La tradition d’offrir du muguet le 1er mai en signe de porte-bonheur remonterait au roi Charles IX à la Renaissance. « Le 1er mai 1560, le roi se serait vu offrir un brin de muguet lors d’une visite dans le Dauphiné. Il aurait tellement apprécié le geste qu’il aurait décidé de reprendre cette idée pour offrir, chaque printemps, un brin de muguet aux dames de la cour. » en leur disant : "Qu’il en soit fait ainsi chaque année". C’est ainsi que cette transmission serait née. (Sce Les Décodeurs, « Pourquoi offre-t-on du muguet le 1er mai », Le Monde,‎ 1er mai 2018 )

Mayol-Mon Blanc Muguet

Félix Mayol, l’interprête de « Viens Poupoule » et de « la Paimpolaise » est engagé à Paris au Concert parisien le 1er mai 1895. Une anecdote publiée dans ses mémoires rapporte que faute de trouver un camélia, que les hommes élégants portaient à l’époque au revers de leur redingote, il prend un brin de muguet. Cette prestation ayant été un succès, ce brin de muguet devint son emblème.

Offrir du muguet ne deviendra toutefois populaire que le 1er mai 1900 lorsque, lors d’une fête organisée par les grands couturiers parisiens, toutes les femmes reçurent un brin de muguet. Les "petites mains" furent séduites par l’idée, et c’est ainsi que la fleur a pris sa dimension emblématique. Dior en fit même l’emblème de sa marque.

Et la fête du travail ?

Dans le calendrier républicain, chaque jour de l’année était dédié à un animal, une plante ou un outil agricole, comme le présentait Fabre d’Églantine en 1793 dans un discours à la Convention. Le muguet était associé au 7 floréal (26 avril) tandis que la fête du travail était la 3ème fête des sansculottides célébrée mi-septembre (Sce https://fr.wikisource.org/wiki/Rapp...). Puis Saint Just institua une journée des travailleurs le 1 er pluviôse (20 janvier).

En 1867, naît une fête du travail au familistère Godin à Guise. La date n’est pas fixe à l’origine ; elle est arrêtée au 1er dimanche de mai au milieu des années 1870. (Sce https://www.familistere.com/fr/deco...)

La fête internationale telle qu’elle est célébrée de nos jours, « fête du Travail » ou « fête des Travailleurs » selon le nom donné dans chaque pays, tire son origine des combats du mouvement ouvrier de la fin du XIXe siècle pour obtenir la journée de huit heures, avec le slogan "8 heures de travail, 8 heures de loisir, 8 heures de repos". A Paris, les ouvriers portent à la boutonnière un triangle rouge, symbole de la division de la journée en 3 parts de 8 heures. Le triangle est remplacé dès 1892 par la fleur d’aubépine avec un ruban rouge, en hommage à Maria Blondeau, l’une des victimes de la fusillade de Fourmies, tuée avec un bouquet d’aubépine à la main.

En 1895, le socialiste Paul Brousse lance un concours dans son journal, pour inviter ses lectrices à choisir une fleur symbole. Peu à peu s’impose l’églantine, symbole de la Révolution française et fleur traditionnelle du nord de la France. C’est ainsi que jusqu’au début du XXe siècle, la fleur associée au 1er Mai sera l’églantine rouge, que les manifestants portent en boutonnière. Mais en Allemagne, aujourd’hui encore, c’est l’oeillet rouge qui symbolise le 1er mai.

Le muguet et la Fête du travail n’ont donc qu’un point commun, le fait d’être célébré le 1er mai.