Contenu

Rendez-nous notre Air !

publié le 2 juin 2016 (modifié le 9 juin 2016)

Plusieurs organisations dont la FFUTAN s’adressent au Premier ministre pour lui faire part de leurs inquiétudes concernant le rôle de la France dans les négociations sur la directive NEC (Directive sur la réduction des émissions nationales de certains polluants atmosphériques). Ce processus est en effet primordial à l’amélioration de la qualité de l’air et peut littéralement sauver des milliers de vies chaque année.

Lettre des organisations au Premier Ministre (format pdf - 384 ko - 02/06/2016)

Parallèlement, la mobilisation pour la qualité de l’air atteint de nouveaux sommets en Haute-Savoie. En plus des associations que se battent depuis de nombreuses années, les citoyens agissent aussi beaucoup. Le dernier exemple en date : l’organisation d’un rassemblement d’envergure pour montrer le raz le bol contre la pollution de l’air au pays du Mont-Blanc et dans la vallée de l’Arve, par un collectif de citoyens nommé Appel d’Air, dimanche dernier.

Malgré une météo exécrable, 2000 personnes sont venues sous la pluie (dont 1000 à pied et à vélo) pour demander de pouvoir respirer un air un peu plus pur dans les vallées.

>> Pour en savoir plus : http://inspire74.com/infos/

Anne Hidalgo et Sadiq Khan, maires de Paris et Londres, ont interpellé dans une lettre commune l’Union européenne pour qu’elle adopte "des objectifs contraignants" en matière de pollution de l’air, "enjeu de santé publique".

Dans cette lettre en anglais, datée du 27 mai, les deux maires "appellent les institutions européennes et tous les Etats membres à adopter des objectifs contraignants pour 2025 et 2030", dans le cadre des négociations sur la future directive concernant les plafonds d’émissions de produits nocifs dans l’air. Source AFP.

Les ministres de l’Environnement de l’UE sont parvenus, difficilement, à un premier accord le 16 décembre 2015 sur ce projet destiné à durcir les normes antipollution. L’accord doit être suivi de négociations entre le Conseil et le Parlement européen avant finalisation en 2016 par l’exécutif européen. La lettre rappelle le cri d’alarme lancé par vingt maires européens concernant la décision de la Commission européenne d’augmenter les seuils autorisés d’émissions diesel.