Voyager en Europe avec son vélo : un espoir au Parlement Européen

publié le 19 octobre 2018

Le Règlement des droits des voyageurs ferroviaires est en rediscussion au Parlement européen. Dans ce règlement, l’article qui concerne le transport des vélos dans les trains est si laxiste qu’il n’oblige en rien les compagnies ferroviaires. C’est pourquoi les organisations de promotion du vélo dont Amis de la Nature – France, se sont mobilisées avec la Fédération européenne des cyclistes pour proposer un texte plus contraignant.
L’amendement présenté par le groupe des Verts européens stipule que « les trains neufs et rénovés devront disposer au minimum de huit emplacements pour les vélos non démontés ». Il ne comporte aucune restriction qu’elle soit sécuritaire, commerciale ou des nécessités d’exploitation qui sont les excuses habituelles pour ne pas offrir de places vélos. Il a été adopté à une large majorité par la Commission des Transports du Parlement. S’il est repris dans les mêmes termes dans le règlement, les compagnies ne pourront pas s’en exonérer en se contentant d’accepter les vélos démontés sous emballage. Les exploitants auront deux ans ans suivant l’adoption du règlement des droits des voyageurs ferroviaires pour l’appliquer.

L’adoption probable en séance plénière du Parlement sera un nouveau signe fort. Mais ce n’est pas encore gagné. Il reste l’obstacle redoutable du Conseil européen qui réunit les 28 gouvernements.
La négociation va s’engager entre le Parlement européen et le Conseil européen sur l’ensemble du texte de ce règlement, l’article sur l’embarquement des vélos dans les trains n’en étant qu’une petite partie. Pour que le règlement soit adopté, un accord doit être trouvé entre les deux entités plus la Commission européenne. Et il faut que l’adoption définitive puisse se faire avant les prochaines élections européennes.
A la différence d’une directive qui doit être transposée dans les lois de chaque Etat, avec des limitations dans la portée des textes et des délais parfois très longs, les règlements sont applicables immédiatement.

En France, le prochain rendez-vous est la loi d’orientation sur les mobilités qui va être déposée sur le bureau de l’Assemblée nationale fin octobre ou début novembre. L’enjeu est de faire voter un amendement similaire à celui du Parlement européen contraignant la SNCF et les autres compagnies ferroviaires opérant en France (Thello, chemins de fer russes, RENFE) à créer des emplacements vélos dans les trains. Avec d’autres associations, Amis de la nature - France y travaille. Il s’agit aussi de faire pression sur le gouvernement français pour qu’il adopte une position favorable au vélo au Conseil européen.
Nous devons profiter de la dynamique créée par le vote du Parlement européen pour faire pression sur les compagnies ferroviaires, les collectivités locales et le gouvernement pour que le vélo trouve toute sa place dans les trains, rapidement.
Une réunion des associations sur la prise en compte des vélos dans les trains dans le cadre de la loi LOME est prévue le samedi 27 octobre à 10h30, 32 rue Raymond Losserand 75014 Paris. Elle est ouverte à tous les cyclistes intéressés.